Accueil Information organes génitaux Pénoplastie d'augmentation

PENOPLASTIE D'AUGMENTATION

La pénoplastie esthétique est une intervention chirurgicale qui a pour but d'augmenter la longueur et le volume du pénis.

L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale, dans le cadre d'une hospitalisation de jour. Elle associe deux gestes :

 

  • Un allongement du pénis par section du ligament suspenseur de la verge, qui relie le pubis aux corps caverneux. Cet allongement est fait par une incision située dans les poils pubiens et dont la forme peut-être selon les cas horizontale, en "Y" inversé, ou en "Z".
  • Un épaississement du pénis par greffe de tissu graisseux prélevé sur l'abdomen ou les cuisses.

 

L'allongement qui peut être raisonnablement attendu de cette intervention est de l'ordre de 2 à 3 cm au maximum, et ne concerne que la verge flaccide, à l'état de repos. L'allongement ne se voit pas à l'état d'érection. De même, le gain de circonférence qui peut être attendu est de l'ordre de 1 à 2 cm au maximum.

 

SUITES DE L'INTERVENTION

L’hospitalisation ne dure généralement que quelques heures, le patient étant hospitalisé le matin et sortant le soir même ("hôpital de jour"). Mais certaines circonstances (éloignement du domicile en particulier) peuvent conduire à proposer une hospitalisation conventionnelle d'une nuit.

Le drainage est retiré le lendemain de l'intervention, à l'occasion du contrôle

Les fils sont retirés 10 à 15 jours après l'intervention. Il n'y a pas de pansement à faire, mais une simple toilette à l'eau du robinet (douche) et au savon. Comme pour n’importe quelle cicatrice du corps, l’évolution s’étale sur 6 à 12 mois au moins, avec une phase de rougeur et d’induration initiale de la cicatrice pendant 2 à 3 mois (voir la fiche sur la cicatrisation).

 

RISQUES

Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans les conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et à la réglementation en vigueur, expose à un risque de complication. Les risques du traitement chirurgical sont à mettre en balance avec les inconvénients de l’abstention :

Les risques liés à l’anesthésie générale vous seront expliqués par le médecin anesthésiste lors de votre consultation (voir cette fiche).

Parmi les complications générales de la chirurgie (voir cette fiche), on peut citer les risques suivants:

  • L’infection du site opératoire est rare, mais possible, et peut nécessiter une réintervention.
  • Le saignement du site opératoire, extériorisé (hémorragie) ou non (hématome). Il est exceptionnel qu'il conduise à une reprise de l'intervention.
  • Des troubles de la sensibilité de la région opérée sont possibles, à type d'insensibilité ou d'hypersensibilité. Ils peuvent être associés à des douleurs à la pression de la région cicatricielle. Ces symptômes sont le plus souvent transitoires en quelques mois, mais ils peuvent persister définitivement.
  • Des troubles de la cicatrisation peuvent apparaître :
    • désunion plus ou moins complète des sutures. Dans ce cas, une réintervention secondaire est possible, après cicatrisation complète de la désunion.
    • Cicatrices larges, glabres, hypertrophiques, ou chéloïdes (voir la fiche relative à la cicatrisation et à ses incertitudes)

Parmi les complications spécifiques de cette intervention, il faut citer les risques suivants :

  • Perte de la longueur de la verge obtenue initialement du fait d'adhérences cicatricielles. Pour prévenir ce risque et/ou le limiter au maximum, il est nécessaire de lester continuellement la verge par un poids pendant les deux mois qui suivent son allongement.
  • Irrégularités, "grumeaux" de la graisse injectée, très fréquents. Pour limiter ce risque, il est nécessaire de masser la verge de façon quotidienne et prolongée pendant les deux mois qui suivent l'intervention.
  • Fonte de la graisse injectée, pouvant obliger à des ponctions et à des retouches.
  • Oedème du prépuce et/ou de la verge pouvant nécessiter une circoncision secondaire.
  • Troubles de l'érection, de nature psychologique, pouvant durer plusieurs semaines.

L'instabilité de l'érection, avec perte de la verticalité érectile, est liée à la section du ligament suspenseur de la verge. Elle est inévitable et irréversible.

Les imperfections du résultat sont possibles. Il peut s’agir d’une asymétrie ou d’une correction insuffisante. Ces imperfections peuvent être corrigées quelques mois après l’intervention, par une ré intervention chirurgicale.

Subjectivité : L'intervention étant motivée par des raisons esthétiques, les résultats ne peuvent être appréciés que subjectivement. Il est donc important d'admettre que les résultats obtenus peuvent ne pas correspondre exactement aux résultats espérés.

 

Des retouches avec ajout de tissu graisseux sont possibles, relativement fréquentes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2014 hopitalsaintlouis.org. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.