Accueil Information Esthétique Lifting cervico-facial
Lifting cervico-facial
INFORMATIONS DES PATIENTS - Chirurgie esthétique

 

Le vieillissement de la peau correspond histologiquement à une chute brutale et définitive de la production de fibres élastiques du derme par les fibroblastes, à partir de la quarantaine environ. A cette modification physiologique fondamentale, s'ajoutent des lésions de vieillissement qui sont fortement aggravées par le soleil, le tabac et l'alcool. En outre, chez la femme, le tarissement des sécrétions hormonales à partir de la ménopause aggrave la sécheresse et la perte d'élasticité de le peau et des muqueuses.

Au niveau cervico-facial, la perte d'élasticité de la peau, le relâchement des muscles peauciers (muscles de la "mimique"), et la surcharge graisseuse éventuelle s'additionnent pour conduire à la ptose (affaissement) progressive des téguments.

Le lifting cervico-facial est une intervention qui a pour but de corriger les effets du vieillissement sur la partie inférieure du visage et du cou. Par une remise en tension de la peau et/ou du SMAS (système musculo-aponévrotique sous-cutané), il corrige en particulier les bajoues, la perte de l'ovale du visage (relief de la mandibule) ainsi que les plis et rides du cou. En revanche, il ne corrige ni la partie supérieure du visage (front, paupières), ni les rides des lèvres, et peu les sillons naso-géniens. La correction du vieillissement des paupières s'appelle une blépharoplastie (voir cette fiche), et elle peut souvent être associée au lifting dans le même temps chirurgical.

Il est classiquement admis qu'un lifting cervico-facial réalisé dans de bonnes conditions fait gagner 10 ans pendant 10 ans, et 5 ans de moins pendant les 10 années suivantes.

Le lifting cervico-facial est une intervention de chirurgie esthétique, qui n'est prise en charge ni par l'assurance maladie, ni par la mutuelle : l'ensemble des frais est à votre charge, et en particulier aucun arrêt de travail ne peut vous être prescrit. Si l'intervention est décidée, un devis vous sera remis par votre chirurgien lors de votre deuxième consultation.

 

Cicatrices

 

Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe des cicatrices. De chaque côté du visage, elles décrivent une courbe qui passe :

 

  • au niveau de la tempe, dans les cheveux ou juste à la frontière des cheveux selon les cas
  • devant l'oreille
  • en arrière de l'oreille
  • et dans les cheveux derrière l'oreille, en direction de la nuque.

 

Comme toutes les cicatrices :

 

  • même très discrètes, elles sont définitives.
  • elles doivent être protégées du soleil pendant au moins un an pour éviter le risque de pigmentation définitive.
  • elles peuvent être rouges et visibles pendant plusieurs mois après l'intervention.
  • leur aspect définitif (largeur, épaisseur, couleur) est imprévisible et ne doit jamais être jugé avant 6 à 12 mois.

 

Chez l'homme, le lifting fait reculer la peau barbue de la joue, et l'amène définitivement au contact immédiat de l'oreille.

 

Les risques

 

Tout acte médical, investigation, exporation, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et à la réglementation en vigueur, expose à des risques de complication. Comme toute intervention chirurgicale, le lifting cervico-facial comporte des risques :

Complications générales

 

  • Les risques liés à l'anesthésie générale vous seront expliqués par le médecin anesthésiste lors de votre consultation (voir cette fiche)
  • Parmi les complications générales de la chirurgie (voir cette fiche), on peut citer les risques suivant :
    • L'hématome : il est du au saignement de la zone opérée. Il impose le plus souvent une réintervention en urgence sous anesthésie générale, pour éviter le risque de nécrose de la peau. Ce risque est plus fréquent chez l'homme. C'est pour le réduire que les médicaments susceptibles de favoriser les saignements sont interdits 15 jours avant l'intervention (aspirine, anti-inflammatoires, anti-coagulants oraux). Lorsqu'il est traité suffisamment tôt, l'hématome ne modifie en rien le résultat esthétique de l'intervention.
    • Les troubles de la pigmentation de la peau en regard d'un hématome non évacué sont possibles.
    • Des nécroses cutanées localisées sont possibles, notamment derrière l'oreille ou la peau est particulièrement fine et fragile. Elles sont favorisées par le tabagisme, prolongent de plusieurs semaines la cicatrisation, et laissent des cicatrices larges.
    • L'infection du site opératoire est exceptionnelle, mais toujours possible. Elle est le plus souvent accessible à des soins locaux et/ou un traitement antibiotique adapté.
    • Les complications thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire)
    • Des troubles de la cicatrisation peuvent apparaître : cicatrices larges, hypertrophiques, ou chéloïdes. Chacune peut nécessiter un traitement propre.

Les complications spécifiques du lifting cervico-facial sont les suivantes

 

 

  • L'alopécie (perte des cheveux), le plus souvent dans la région de la tempe, en regard de la cicatrice, peut être temporaire (quelques mois) ou définitive. Dans ce dernier cas, elle peut nécessiter une réintervention 12 mois après le lifting.
  • Le recul de l'implantation des cheveux est rare.
  • Une paralysie faciale est rare mais possible (moins de 1% dans la littérature médicale). Elle est due à la lésion d'une ou plusieurs branches du nerf facial. Elle est le plus souvent partielle et asymétrique (ne touchant qu'une moitié du visage). Elle récupère le plus souvent en quelques mois, mais peut être définitive. Elle peut se traduire par un impossibilité de fermer les paupières, une asymétrie des mouvements de la bouche, une chute progressive de l'hémi-face paralysée.
  • Une diminution de la sensibilité de l'oreille (en particulier du lobe), par lésion du nerf sensitif de l'oreille (nerf auriculaire postérieur) est possible. Elle peut parfois être associée à des douleurs sur le trajet du nerf. Ces symptômes sont le plus souvent transitoires et régressent en quelques mois.
  • La gène de l'élévation de l'épaule est une complication exceptionnelle. Elle est liée à un lésion du nerf spinal.
  • Le lobe de l'oreille peut être attiré vers le bas et en avant. Cela est lié à une tension trop importante sur la cicatrice devant l'oreille. Une reprise chirurgicale entre 6 et 12 mois pourra repositionner correctement le lobe de l'oreille.
  • Les imperfections de résultat sont possibles. Il peut s'agir d'une correction insuffisante ou d'une asymétrie. Il faut savoir qu'il existe toujours un certain degré d'asymétrie sur le visage et qu'elle n'est pas toujours opposée à la notion d'esthétisme. Dans tous les cas, ces imperfections ne peuvent pas être corrigées avant le 6ème mois post-opératoire, une fois que les phénomènes cicatriciels ont totalement régressé et qu'il est possible de ré-opérer dans de bonnes conditions.
  • Subjectivité : l'intervention étant motivée par des raisons esthétiques, les résultats ne peuvent être appréciés que subjectivement. Il est donc primordial de s'entendre avec son chirurgien sur les attentes que vous pouvez espérer de la chirurgie lors des consultations pré-opératoires.

 

 

Avant l'intervention

 

 

  • 2 consultaitons de chirurgie espacées de 15 jours au moins sont obligatoires avant tout acte de chirurgie esthétique.
  • Une consultation d'anesthésie est obligatoire plusieurs jours avant l'intervention.
  • Des photographies médicales sont toujours réalisées en chirurgie esthétique.
  • Un "press lift" (cagoule compressive fermée par du velcro) vous est prescrit par le chirurgien. Il servira à tenir les pansements pendant la première semaine qui suivra l'intervention.
  • Prévoyez une période d'indisponibilité professionnelle après l'intervention, car aucun arrêt de travail ne vous sera prescrit. Selon les cas, cette période varie de 1 à 3 semaines environ. Tenez compte en particulier du fait que les ecchymoses sont fréquentes et ne disparaissent complètement qu'au bout de 2 semaines au moins.
  • Les consignes médicales systématiques les plus importantes sont les suivantes :
    • Arrêt strict du tabac 2 mois avant l'intervention, afin de réduire le risque de nécrose cutanée, qui est très important en cas de tabagisme.
    • Arrêt de la prise d'aspirine, d'anti-inflammatoires, d'anti-coagulants oraux dans les 15 jours qui précèdent l'intervention, pour réduire le risque hémorragique.
    • Arrêt de la contraception orale 1 mois avant l'intervention, pour diminuer le risque thrombo-embolique.
    • Shampooing la veille de l'intervention.

 

 

L'intervention

 

 

  • Vous êtes hospitalisé(e) le matin de l'intervention à 7h30.
  • Vous devez impérativement être à jeun depuis minuit (y compris pour l'eau et le tabac)
  • L'intervention se déroule sous anesthésie générale. Elle dure de 2h à 4 heures selon les cas.

 

 

Après l'intervention

 

 

  • Une surveillance a lieu en salle de réveil d'abord, puis dans votre chambre.
  • Un système de drainage (drains aspiratifs ou lames de caoutchouc) est habituellement mis en place pour réduire le risque d'hématome. Il est habituellement conservé pendant 1 à 3 jour selon sa production.
  • Un volumineux pansement de type "casque", légèrement compressif, diminue également le risque d'hématome.
  • Ce pansement est retiré le lendemain de l'intervention et sera remplacé par un pansement plus léger réalisé avec le "press-lift" prescrit avant l'intervention.
  • L'hospitalisation dure entre 1 et 3 jours selon les cas. Il est recommandé qu'une personne accompagne votre retour à domicile.
  • Les fils et les agrafes (dans le cuir chevelu uniquement) sont retirés entre le 5ème et le 15ème jour, en une ou plusieurs fois.
  • Le premier shampooing est autorisé à partir du 2ème jour. La première séance chez votre coiffeur est autorisée au bout de 3 semaines, et la première teinture au bout de 4 à 6 semaines.
  • Plusieurs consultations de contrôle sont réalisées : à 1 mois, 3 mois, 6 mois, et 1 an après l'intervention.
  • De façon classique et habituelle, les semaines et les premiers mois après l'intervention, sont présents :
    • Un oedème (gonflement) du visage. Il peut être asymétrique. Il s'estompe dans les premières semaines, et peut parfois persister un mois ou plus.
    • Des ecchymoses (les "bleus") du visage et du cou, souvent asymétriques. Elles persistent quelques semaines, au minimum 15 jours.
    • Une sensation de tension inconfortable du visage, surtout en arrière des oreilles.
    • Parfois des douleurs, qui sont soulagées par les traitements antalgiques simples.
    • Une diminution fréquente de la sensibilité des joues et du cou, liée aux gestes opératoires (décollement de la peau), qui peut durer plusieurs semaines ou mois. En outre, les zones décollées restent indurées pendant plusieurs mois.
  • La période de désocialisation est en général de 15 jours, elle peut s'étendre à plusieurs semaines.
  • Le résultat définitif du lifting ne doit pas être apprécié avant 6 mois. Il faut 12 mois pour juger de l'aspect définitif des cicatrices.

 

 
Copyright © 2017 hopitalsaintlouis.org. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.