Rhinoplastie
INFORMATIONS DES PATIENTS - Chirurgie esthétique

 

 

La rhinoplastie est l'intervention de chirurgie esthétique qui concerne le nez.

Si l'indication est "liée à des troubles fonctionnels ou des malformations : séquelles de fentes labio-alvéolaires et autres malformations nasales, problèmes de ventilation liés à la valve nasale, séquelles de traumatisme nasal (ensellure, déviation), l'intervention peut être prise en charge par l'assurance maladie, après une procédure d'accord préalable.

Dans le cas contraire, il s'agit d'une intervention de chirurgie esthétique, qui n'est prise en charge ni pas la sécurité sociale, ni par la mutuelle : l'ensemble des frais est à votre charge, et aucun arrêt de travail ne peut être prescrit. Un devis vous sera alors remis par le chirurgien lors de votre deuxième consultation.

Si les complexes liés à la forme ou à la taille d'un nez sont très fréquents, la rhinoplastie esthétique reste une intervention difficile qui nécessite une expérience certaine du chirurgien. En effet, les structures cartilagineuses, osseuses et cutanées étant extrêmement fines, fragiles et intimement liées les unes aux autres, le moindre geste sur ces structures entraînera des modifications plus ou moins importantes et souhaitables sur toutes les autres. Il est donc primordial pour le chirurgien de connaître les innombrables gestes réalisables lors d'une rhinoplastie ainsi que leurs effets prévisibles sur la forme du nez. En matière de rhinoplastie, plus que jamais cette connaissance n'est acquise qu'au prix d'une expérience de rhinoplasticien.

Les techniques chirurgicales étant trop nombreuses, il nous paraît impossible de rédiger une fiche informative sur la technique chirurgicale elle-même. Le projet opératoire ne pourra être établi qu'en consultation, au cas par cas, une fois que le patient et le chirurgien se seront mis d'accord sur les attentes du patient, ce qu'il est possible de faire, et ce qui ne l'est pas...

 

Avant l'intervention

 

 

  • 2 consultations de chirurgie espacées de 15 jours minimum sont obligatoires avant tout acte de chirurgie esthétique.
  • Des photographies médicales sont toujours réalisées en chirurgie esthétique.
  • Des radiographies ou un scanner sont parfois demandés afin d'évaluer au mieux la forme de la cloison nasale, la localisation de son éventuelle déviation, ou de rechercher l'existence d'une sinusite chronique.
  • Une consultation anesthésie est obligatoire plusieurs jours avant l'intervention.
  • Si l'intervention n'est pas prise en charge par la sécurité sociale, prévoyez une indisponibilité professionnelle de 1 à 2 semaines après l'intervention, car aucun arrêt de travail ne pourra vous être prescrit. De plus, l'ensemble des frais encourus est à votre charge puisqu'il s'agit d'une intervention esthétique. Un devis vous sera remis par votre chirurgien lors de la deuxième consultation.
  • Si l'intervention est prise en charge par l'assurance maladie, une demande d'entente préalable auprès de la sécurité sociale devra être envoyée, et, si elle est acceptée par le médecin conseil, vous pourrez bénéficier d'un arrêt de travail de 1 à 2 semaines selon les cas.
  • Les consignes médicales systématiques les plus importantes sont les suivantes :
    • Arrêt de la prise d'aspirine, d'anti-inflammatoires, ou d'anti-coagulants oraux dans les 15 jours qui           précèdent l'intervention, pour réduire le risque hémorragique.  
    • Arrêt de la contraception orale 1 mois avant l'intervention, pour diminuer le risque thrombo-embolique   
    • Shampooing la veille de l'intervention.

 

L'intervention

 

 

  • Vous êtes hospitalisé(e) le matin de l'intervention à 7h30.
  • Vous devez impérativement être à jeun depuis minuit (y compris l'eau et le tabac).
  • L'intervention se déroule sous anesthésie générale. Selon les cas, elle dure de 1h à 3 heures.

 

 

Après l'intervention

 

  • Une surveillance a lieu en salle de réveil d'abord, puis dans votre chambre.
  • Les narines sont méchées et vous devez respirer par la bouche pendant au moins 24 heures. Dans la majorité des cas, les mèches sont retirées le lendemain de l'intervention.
  • Le plus souvent, un plâtre recouvre le dos du nez et remonte jusqu'au front, où il est fixé par du sparadrap. Il sera laissé en place pendant 7 à 10 jours selon les cas.
  • L'obstruction nasale est fréquente pendant les premiers jours, et elle nécessite des lavages pluriquotidiens des fosses nasales pour éviter la formation de croûtes.
  • Le retour à domicile a lieu selon les cas le soir même ("chirurgie ambulatoire"), mais le plus souvent le lendemain de l'intervention. Il est recommandé qu'une personne accompagne votre retour à domicile.
  • Les fils de suture situés dans le nez sont résorbables. Dans certains cas toutefois, il peut exister d'autres fils non résorbables qui doivent être enlevés entre 3 et 10 jours.
  • De façon classique et habituelle, il existe pendant les premières semaines ou les premiers moins qui suivent l'intervention :
    • Un oedème (gonflement) et des ecchymoses (bleues ou violettes puis jaunes) des paupières et du visage. D'importance variable, ils sont souvent asymétriques, et persistent pendant quelques semaines, et au moins 15 jours.  
    • Une diminution ou une disparition de la sensibilité de la peau du nez sont quasi constantes pendant   plusieurs mois.                                                                                                                                                    
    • Un larmoiement transitoire est possible et peut être asymétrique.                                                                         
    • Les douleurs ne sont pas habituelles après une rhinoplastie. Lorsqu'elles existent, elles sont bien soulagées par les antalgiques simples.

 

  • En raison du risque possible de traumatisme du nez, il faut éviter les sports violents pendant 2 mois.
  • Le plâtre est retiré par le chirurgien entre 7 et 10 jours. Le nez peut alors rester exposé à l'air. Il existe habituellement un gonflement (oedème) du nez, qui diminue petit à petit en plusieurs mois (en particulier au niveau de la pointe du nez). Enfin, le chirurgien peut vous demander de continuer à porter le plâtre uniquement la nuit pendant une semaine supplémentaire.
  • Parfois, il peut exister une rougeur de la peau du nez qui reprendra sa couleur normale en quelques jours à quelques semaines.
  • Plusieurs consultations de contrôle sont réalisées, environ 1 mois, 3 mois, 6 mois et 1 an après l'intervention. Six à douze mois sont en effet nécessaires avant de pouvoir juger du résultat définitif d'une rhinoplastie esthétique.

 

 

Complications

 

Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans les conditions de compétence et de sécurité conformes aux données de la science et à la réglementation en vigueur, expose à un risque de complication. Comme toute intervention chirurgicale, la rhinoplastie comporte des risques :

Complications générales

 

  • Les risques liés à l'anesthésie générale vous seront expliqués par le médecin anesthésiste lors de votre consultation (voir cette fiche)
  • Parmi les complications générales de la chirurgie (voir cette fiche), on peut citer les risques suivants :                      
    • Le saignement de la zone opérée peut être extériorisé (hémorragie) ou non (hématome). Lorsqu'il est     important, il peut conduire à pratiquer une réintervention chirurgicale sous anesthésie générale en urgence dans les heures qui suivent l'opération. Cela ne modifie en rien le résultat esthétique de l'intervention.                             
    • Des nécroses cutanées localisées sont possibles. Extrêmement rares dans la rhinoplastie, elles prolongent la cicatrisation et peuvent laisser des cicatrices larges.                                                                                         
    • L'infection du site opératoire est exceptionnelle, mais toujours possible. Elle est le plus souvent accessible aux traitements antibiotiques adaptés.

Complications spécifiques de la Rhinoplastie

 

  • Perforations de la cloison nasale (communication entre la fosse nasale droite et la gauche) : elles sont rares et dans la majorité des cas asymptomatiques : ni le chirurgien, ni le patient ne s'en aperçoivent. Dans des cas exceptionnels, elle peuvent entraîner des petits sifflements lors de la respiration nasale. Dans ces cas exceptionnels, si le patient le désire, il est possible de traiter ces sifflements en agrandissant la taille de cette communication.
  • Les irrégularités de contour, relativement fréquentes. Le plus souvent, elle ne sont que tactiles mais elles peuvent dans certains cas nécessiter une réintervention sous anesthésie locale ou générale.
  • L'asymétrie persistante du nez, surtout lorsqu'elle existait déjà auparavant. Il faut savoir qu'il existe toujours un certain degré d'asymétrie entre les 2 côtés du visage, et que cette asymétrie n'est pas toujours opposée à la notion d'esthétisme.
  • Il peut exister des déformations progressives de la pointe du nez, liées à la fibrose cicatricielle et/ou à une mauvaise rétraction cutanée.
  • Subjectivité : l'intervention étant motivée par des raisons esthétiques, les résultats ne peuvent être appréciés que subjectivement. Pour cette raison, il est primordial de s'entendre avec votre chirurgien sur les attentes que vous pouvez espérer de la rhinoplastie lors des deux consultations préopératoires. Tout n'est pas toujours possible en matière de rhinoplastie esthétique !

 

Le risque de retouche chirurgicale n'est donc pas négligeable après une rhinoplastie. Si elle s'avère nécessaire, cette retouche peut avoir lieu sous anesthésie locale ou générale en fonction de l'importance du geste. Elle ne doit pas être faite moins de 6 mois (souvent 1 an) après l'intervention initiale. Il faut en effet attendre la disparition complète des phénomènes cicatriciels pour opérer dans de bonnes conditions.

 

Cicatrices

Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe des cicatrices.

 

  • Habituellement, ces cicatrices sont dissimulées entièrement à l'intérieur du nez et ne posent aucun problème.
  • Parfois cependant, la technique de l'intervention conduit à laisser des cicatrices dans la bouche, sous la pointe du nez (columelle), et/ou autour des ailes narinaires à la jonction avec les joues.
  • Si des greffons d'os ou de cartilage sont prélevés, il existe d'autres cicatrices, qui sont situées sur les sites de prélèvement de ces greffons : derrière les oreilles, dans les cheveux, à la hanche, ou sous le sein selon les cas.
  • Exceptionnellement, il peut aussi exister des petites plaies ou érosions, voir même des nécroses cutanées localisées du dos du nez.

 

Comme toutes les cicatrices (voir cette fiche) :

 

  • Même discrètes, elles sont définitives.
  • Elles doivent être protégées du soleil pendant au moins un an pour éviter le risque de pigmentation définitive.
  • Elles peuvent être rouges et visibles pendant plusieurs mois.
  • Leur aspect définitif (largeur, épaisseur, couleur) est imprévisible et ne doit pas être jugé avant 6 à 12 mois.

 

 

 

 

 

 
Copyright © 2017 hopitalsaintlouis.org. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.