Espace réservé



Menu Utilisateur

Sarcomes des tissus mous
INFORMATIONS DES PATIENTS - Chirurgie plastique generale II

Définition


Les sarcomes des tissus mous (STM) sont des tumeurs rares dont l'incidence annuelle est voisine de 18 cas par million d'habitants. Ils touchent assez souvent les sujets âgés, au delà de 60 ans avec une prédominance masculine modérée.

Les formes histologiques sont nombreuses. L'exérèse chirurgicale large reste actuellement la thérapeutique principale et peut nécessiter des gestes de reconstructions complexes (Lambeaux libres, greffes nerveuse, pontage artériel). La prise en charge rapide et rigoureuse de ces maladies est indispensable et nécessite l'adoption d'une stratégie thérapeutique collégiale multidisciplinaire (chirurgiens, radiologues, oncologues, radiothérapeutes et anatomopathologistes).

Les spécialistes concernés par la prise en charge des STM ne diront jamais assez que leur prise en charge initiale est capitale!


Données générales


Localisations

Le membre inférieur est le plus souvent touché (63%) vient ensuite le membre supérieur (24%) et le tronc (13%). Au sein des membres, la localisation est plus souvent proximale que distale (rapport de 2 à 3 sur 1). Enfin les STM sont superficiels (sous cutané) dans 30% des cas et profonds (sous aponévrotiques) dans 70% des cas.

Données histologiques

On peut classer les STM en trois grands groupes :

- Les STM que l'on peut grader histologiquement de bas grade à haut grade. Ce sont les histiocytofibromes malins, les léiomyosarcomes, les liposarcomes, les fibrosarcomes et les tumeurs malignes des gaines des nerfs périphériques (schwannomes malins).

- Les STM que l'on ne peut pas grader. Ce sont les synovialosarcomes, les sarcomes epithélioïdes, les sarcomes à cellule claires, les sarcomes alvéolaires, les chondrosarcomes mésenchymateux. Ces sarcomes sont traités comme des hauts grades.

- Les Sarcomes à petites cellules qui sont de haut grades. Ce sont les sarcomes d'Ewing des parties molles, les rhabdomyosarcomes, les neuroblastomes, les sarcomes à petites cellules indiférenciés.

L'intérêt de la connaissance précise de l'histologie permet de prédire l'efficacité des traitements adjuvants et notamment la chimiothérapie. En pratique, les STM de bas grades ne se traitent que par la chirurgie. Pour les sarcomes de haut grade, la chimiothérapie et la radiothérapie sont associés au traitement chirurgicale.


Facteurs pronostics


Un certain nombre de paramètres modifient le pronostic. Les principaux sont :

La taille de la tumeur qui est le paramètre le plus important. Les tumeurs de moins de 5 cm ont un pronostic de survie à 5 ans sans métastases de 80%, pour celles de plus de 15 cm le pronostic tombe à 40 %.

Le grade histologique, facteur pronostic reconnu est remplacé par des facteurs plus objectif comme la nécrose tumorale (importance de l'imagerie) et l'existence d'embols tumoraux intravasculaires.

La qualité de l'exérèse chirurgicale.

La survenue de métastases. Quand leurs exérèses chirurgicales est possible, l'augmentation de la survie concerne alors ~25% des patients. Les métastases sont situés dans les poumons (63% des cas), dans les tissus mous(10% des cas), dans les os (5% des cas). Elles sont multiples dans 15 % des cas.

Les récidives locales surviennent dans 6 à 30 % des cas et sont corrélées à d'autres facteurs : taille tumorale élevée, exérèse chirurgicale non satisfaisante, nécrose tumorale présente, absence de radiothérapie locale post-opératoire, la localisation distale au niveau des membres supérieurs.


Diagnostic


Circonstance de découverte

- Découverte d'une masse dont il faudra relever le caractère inquiétant par la notion d'une augmentation de volume régulière et/ou rapide;

- Modification d'une masse existante depuis des années (lipome) et qui en fait n'évolue pas depuis si longtemps. Il faut savoir alors prescrire une imagerie performante pour analyser ces tumeurs;

- Le « faux hématome »: il est interdit de porter le diagnostic d'hématome en l'absence de traumatisme récent, violent;

- Le « faux abcès »: mais absence de fièvre, valeur de CRP discordante avec le tableau inflammatoire local, absence d'hyperleucocytose;

- La découverte opératoire désagréable d'une lésion que l'on croyait bénigne;

- La découverte d'un résultat histologique inattendu.


Confirmer le diagnostic

Outre les éléments du bilan d'extension (aspect en imagerie, existence de lésions pulmonaires...) qui inquiètent, le diagnostic repose sur la biopsie. Elle peut-être faite en consultation sous anesthésie locale par une ponction biopsie au trocard. L'avantage de cette technique est la rapidité. Cinq à six carottes biopsiques sont prélevées systématiquement. Le résultat peut être obtenu en 3 à 4 jours. Elles donnent souvent un diagnostic histologique précis et sont idéales pour les tumeurs superficielles. Elle n'est pas toujours réalisable, notamment en cas de tumeur profonde ou de la proximité d'élément vasculo-nerveux. Dans ce cas une biopsie chirurgicale est nécessaire. Elle doit être faite en urgence. Elle permet d'obtenir un matériel plus abondant et donc plus fiable. Qu'elle soit à l'aiguille ou chirurgicale, la biopsie doit respecter des règles strictes dont on rappelle les principaux éléments :

- Abord s'inscrivant dans la future voie d'abord d'exérèse;

- Pas de décollement et trajet direct jusqu'à la tumeur;

- Pas d'exposition vasculonerveuse;

- Pas d'ouverture articulaire;


Diagnostic différentiel

Les tumeurs bénignes

Les tumeurs bénignes des parties molles sont beaucoup plus fréquentes que les sarcomes des tissus mous et il ne faut pas non plus tomber dans l'excès inverse et faire une IRM et une biopsie à toutes tuméfactions découvertes. Un certain nombre de lésions peuvent être enlevées sans arrière pensée:

  • Le Kyste synovial est de diagnostic facile, par son siège (poignet face dorsale ou gouttière radiale, creux poplité), par son caractère fluctuant et bien entendu sa proximité avec une articulation.
  • Le lipome superficiel de petite taille (moins de 5 cm de diamètre) est une tumeur molle homogène bien mobile par rapport au plan aponévrotique. Son exérèse sans imagerie est possible.

La vérification histologique systématique de la pièce d'exérèse de ces lésion bénignes permettra de confirmer le diagnostic.

Les tumeurs profondes sous aponévrotiques doivent par contre avoir une IRM et, sur l'aspect en imagerie la décision d'une simple biopsie ou d'une biopsie exérèse pourra être prise. La discussion avec le radiologue qui a fait l'imagerie prend alors toute son importance.

Les abcès

Contexte infectieux clinique, douleur, signes inflammatoires biologiques présents sont des éléments qui permettent de poser le diagnostic d'abcès. Les prélèvements bactériologiques lors de l'excision chirurgicale confirmeront le diagnostic. Cependant il peut arriver qu'un sarcome évolue sous une forme pseudo-infectieuse. Dans ce cas c'est l'aspect lors de l'excision (absence de pus) qui doit faire rectifier le diagnostic. Le prélèvement histologique doit alors être systématique et il faut surtout ne pas laisser ouvert avec une mèche ou une lame car cela limite les possibilités de faire une exérèse chirurgicale ultérieure satisfaisante.

L'hématome

Le diagnostic d'hématome ne peut être retenu que s'il existe un contexte traumatique évident, même en présence de facteur favorisant comme la présence d'un traitement anticoagulant.

Bilan d'extension

Extension loco-régionnale

L'examen clinique apprécie le volume tumoral et la mobilité par rapport au tissus voisins et notamment l'os. Il faut rechercher des nodules tumoraux satellites et des adénopathies régionales. Les radiographies standards recherchent une réaction périostée ou un envahissement osseux. L'IRM est l'examen clé et est faite avant la tomodensitométrie qui n'est pas systématique en l'absence d'atteintes osseuses. Elle donne des arguments diagnostiques majeurs (aspect hétérogène) et précise au mieux l'extension locorégionnale. Elle doit impérativement intéresser tous le membre considéré et rechercher des nodules tumoraux satellites. Lorsqu'il s'agit de lésions du tronc l'IRM doit être assez étendue pour les mêmes raisons.

Extension générale

La recherche de métastase se fait par l'examen clinique. La radiographie de thorax et la tomodensitométrie pulmonaire sont systématiques. Une scintigraphie osseuse est utile pour rechercher une atteinte osseuse à distance. Il ne faut pas faire de tomodensitométrie abdomino-pelvienne ou cérébrale lorsqu'il n'y a pas de signe d'appel.


Moyens thérapeutiques


La Chirurgie

C'est le temps essentiel du traitement des STM. Il est défini 4 types de chirurgies :


L'exérèse radicale

C'est une exérèse extra-compartimentale qui emporte tout le compartiment musculaire d'insertion tendineuse à insertion tendineuse. Risque de récidive, le plus bas (2%).

L'exérèse large

Elle emporte la tumeur avec une couche de tissu sain. Elle ne permet pas en théorie d'emporter les potentielles lésions satellites existant à l'échelon microscopique. Risque de récidive locale, le plus élevé (15-30 %).

L'exérèse marginale

C'est une exérèse complète avec un plan de dissection au contact de la capsule tumorale. Elle est parfois nécessaire pour permettre la conservation d'éléments vasculo-nerveux important. Risque de récidive, le plus important (40-60 %).

L'exérèse contaminée

Elle traduit un plan de dissection envahit microscopiquement. L'amputation est parfois nécessaire en cas de tumeur volumineuse envahissant des structures nerveuses multiples dont l'exérèse, malgré les différents procédés de reconstruction, ne permettrait pas l'emploi du membre. Dans certains cas (tumeur volumineuse et amputation impossible du fait de la localisation), ce type d'exérèse apporte le bénéfice simple de réduire la masse tumorale afin de potentialiser l'effet de l'association radio-chimiothérapie.

Les STM sous cutanés nécessitent une exérèse au large de la tumeur d'environ 5 cm de tissus graisseux et une exérèse de l'aponévrose profonde.

Les STM profonds ont une planification chirurgicale beaucoup plus complexes dépendant de multiples facteurs :

L'envahissement ou la proximité d'axe vasculaire ou nerveux, la proximité ou l'envahissement osseux, une atteinte articulaire. Chaque cas s'étudie en fonction du type tumorale de son agressivité, de l'age du patient et de l'espoir de l'efficacité d'un traitement adjuvant, de l'extension générale ou non de la maladie.

La radiothérapie

Elle est un élément important du traitement des STM. Elle améliore le contrôle local en diminuant les récidives. Par contre son incidence sur le pronostic n'est pas démontré. Elle vient en complément de l'exérèse chirurgicale. Elle diminue le risque de récidive locale que les marges d'exérèse soient satisfaisantes ou non. Exceptionnellement, elle peut être utilisée à titre préopératoire pour faciliter le geste d'exérèse. La radiothérapie externe conventionnelle est habituelle. Certaines équipes utilisent la curiethérapie interstitielle. Ce procédé permet de délivrer un champ d'irradiation élevé dans un espace restreint. Il peut-être isolé ou associé à la radiothérapie conventionnelle.

La Chimiothérapie

Son efficacité sur la survie des STM n'est pas démontré. Mais certaines tumeurs ont des sensibilités importantes. Elle est habituelle dans les sarcomes de haut grade en complément de la chirurgie. La chimiothérapie néoadjuvante a une place importante lorsque les tumeurs sont volumineuses et ou disséminées. Elle peut permettre de faire diminuer le volume tumorale et de faciliter ainsi le geste d'exérèse. Un certain nombre de STM ont une séquence thérapeutique standardisé rejoignant celle des sarcomes osseux : Chimiothérapie-chirurgie-chimiothérapie plus ou moins radiothérapie externe. Enfin le choix judicieux des molécules permet d'augmenter l'effet de la radiothérapie délivrée en synergie (effet sensibilisant).

Autres thérapies

- Les perfusions loco-régionnales de membres (membre perfusé isolé): Il s'agit ici de procédures spécifiques exceptionnelles permettant de passer à haute dose une molécule de chimiothérapie en isolant la circulation du membre.

- Les thérapies ciblés : Un certain nombre de molécule, ayant une action anti-tumorale spécifique de certain type histologique précis de sarcomes sont en cours d'évaluation actuellement.


Indications


Elles sont multiples et dépendent de plusieurs facteurs qu'il est habituel de discuter de manière collégiale lors de réunions multidisciplinaires (RCP), au cours desquelles les chirurgiens, lles radiologues, les anatomopathologistes, les oncologues et les radiothérapeutes participent systématiquement. Les facteurs les plus déterminant sont l'âge, le siège, le volume tumorale, le type histologique, le grade, la dissémination métastatique.

Sarcome de bas grade : Chirurgie seule

Sarcome de haut grade de petite taille : Chirurgie et chimiothérapie.

Sarcome de haut grade de grande taille superficiel : Chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie externe.

Sarcome de haut grade de grande taille profond : Chimiothérapie-Chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie externe.

La présence de métastase dans le choix thérapeutique n'influe pas beaucoup. Elle incite à être le moins mutilant possible dans le geste d'exérèse. Cependant il faut savoir que cela est parfois pire pour le malade de laisser évoluer une maladie localement que de l'amputer.


Quelques conseils pratiques

Nous avons rencontré un certain nombre de situations périlleuses dans la prise en charge de sarcomes des tissus mous car, semblant accessible facilement à la chirurgie de nombreux STM commence leur histoire par une "surprise histologique". Ce qui est dommage c'est que la situation devient périlleuse surtout par le temps perdu entre la découverte histologique et la prise en charge correcte. Dans une telle situation, il suffit simplement de considérer cette "exérèse" comme une biopsie et de remettre le patient sur les rails d'une prise en charge idéale dans une structure habituée à ce type de pathologie: Un centre de référence.

La deuxième règle en matière d'exérèse tumorale "supposée bénigne" est de toujours considérer cette exérèse comme une biopsie et de la faire en tant que telle :

"Suivant un axe rectiligne jusqu'à la lésion, sans dissection vasculonerveuse, sans ouverture articulaire".

Autrement dit toutes lésions proches d'un élément noble ou d'une articulation mérite une imagerie exhaustive pour permettre par une meilleur étude de diminuer les erreurs de prise en charge.


Conclusion

Les sarcomes des tissus mous sont des tumeurs rares. Pour cette raison, elles sont difficiles à traiter. La chirurgie large est l'élément capital du traitement qui nécessite en outre une équipe pluridisciplinaire. Peu d'éléments indispensables sont nécessaires à connaître pour bien prendre en charge ces lésions. Avant d'en réaliser l'exérèse, toute tumeur profonde sous aponévrotique nécessite une IRM et une biopsie.

 
Copyright © 2014 hopitalsaintlouis.org. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.